Vietcong Critique et test du jeu sur PC

Graphisme
80 %

Côté graphique, rien à redire, c’est tout simplement splendide, avec des cinématiques impressionnantes de réalisme, notamment en ce qui concerne les effets aquatiques et les textures en forêts. Les paysages sont immenses, variés, et remplis de détails appréciables. Rien n’a été oublié : les moustiques, les papillons, les perroquets, les bambous… La végétation luxuriante vacille au gré du vent : il ne manque plus que la moiteur de la jungle et les piqûres de moustiques…
Pratiquement aucun bug d’affichage à noter.
Son
70 %

Coté musique, la bande son de Vietcong est tout simplement superbe. Ambiance garantie grâce à des extraits musicaux sortis tout droit des années 60 ; Jimmy Hendrix y pousse même la chansonnette. Pendant le jeu, les effets de jungle sont très bien restitués, et le sifflement des balles adverses est saisissant. Vos coéquipiers sont, quant à eux, très expressifs lors des assauts, et n’hésitent pas à injurier les adversaires. Un peu violent, mais très efficace…
Jouabilité
80 %

La prise en main de Vietcong se veut comme bon nombre de jeux de type FPS, à savoir très aisée et intuitive. Un mode d’entraînement vous initie au maniement et à la diversité des armes proposées par les forces américaines, et chacune de ces armes propose un mode « Visée » très intéressant, qui, au détriment de la vitesse de déplacement, permet une précision accrue. Le système de sauvegarde permet quant à lui de sauvegarder 5 fois par niveau… A vous donc de rester sur vos gardes et de ne pas faire de mauvais pas…

Intérêt Global : 80 %

Parmi les rares FPS du moment, Vietcong tire son épingle du jeu. Classique, la gestion des armes y est progressive et réaliste : au début de chaque mission, vous ne serez en outre équipés que d’un colt, de quelques grenades, ainsi que d’une arme à puissance de feu plus conséquente (mitraillette, fusil à pompe…). Après quelques fusillades néanmoins, vous en découvrirez bien entendu toute une pléiade qui viendront s’ajouter à votre arsenal, puisqu’il vous sera notamment possible de récupérer l’équipement de vos ennemis. Comme dans tout bon FPS, fouiller les corps de vos victimes à la recherche de munitions devient alors vital…

Avant chaque mission, votre QG vous ouvrira ses portes afin que vous puissiez consulter, dans votre bunker personnel, les briefings des missions qui vous attendent. Vous pourrez alors choisir les armes que vous souhaiterez utiliser lors de votre prochaine mission et, si vous le souhaitez, les tester à volonté en camp d’entraînement : original !

Une fois au cœur de l’action, vous opérerez la plupart du temps en équipe (un médecin, un homme radio et un guide, par exemple) : votre progression dans le jeu n’en sera ainsi que plus aisée puisque vos objectifs de mission seront alors régulièrement mis à jour par radio. Attention toutefois à ne pas brûler les étapes en avançant trop vite : dans un environnement aussi hostile, la sanction est sans appel. La jungle fourmille de pièges en tous genres : fosses, pièges de bambous, mines… Il n’est pas rare de se rendre compte, malheureusement trop tard, que vous venez de faire le pas de trop…et cela ne pardonne pas. Mieux vaut rester furtif, d’autant que les ennemis sont souvent très bien cachés… A ce sujet, il pourra d’ailleurs vous paraître frustrant de constater que vos coéquipiers les débusquent bien trop souvent avant vous…Leur intelligence artificielle trouvera néanmoins ses limites lorsque vous vous retrouverez, par exemple, bloqués à l’intérieur d’un bâtiment dont la porte de sortie se trouve obstruée par un coéquipier tenant peut-être trop fermement ses positions… Dommage…

Quoiqu’il en soit, Vietcong bénéficie de graphismes époustouflants qui poussent encore plus loin le réalisme de l’action. Son thème historique le rend quant à lui d’autant plus intéressant qu’il vous plonge dans l’atmosphère oppressante et moite de la jungle Vietnamienne et vous dépayse totalement. La bande son n’y est d’ailleurs pas étrangère…

L'actualités gamings>

Laisser un commentaire

consectetur Phasellus lectus Donec quis Praesent leo dolor. nec