TEST – WORLD OF WARCRAFT : WARLORDS OF DRAENOR

Après sa défaite en Pandarie, Garrosh Hurlenfer trouve le moyen de revenir dans un passé alternatif afin de changer la destinée des orcs en empêchant Grommash, son père, de boire le sang corrompu du démon Mannoroth. Garrosh parviendra à convaincre les chefs des clans de former la Horde de Fer, une horde constituée des clans les plus puissants à qui il apportera les avantages de la technologie plus récente. Voulant se venger de tout Azeroth, Garrosh menace de détruire l’espace-temps…

World of Warcraft : Warlords of Draenor, un jeu de plus dans la faune des MMOs ?

Dix années se sont passées depuis le lancement de World of Warcraft. Je n’y ai joué personnellement que pendant les cinq premières années et j’ai stoppé par manque d’intérêt. Aujourd’hui j’ai craqué et me suis relancé dans l’aventure avec World of Warcraft : Warlords of Draenor.

Je replace les choses dans leur contexte. Si World of Warcraft n’a pas été le premier MMORPG (Massively Multiplayer Online Role Playing Games ou jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs), Blizzard a su faire preuve de talent en démocratisant le jeu en ligne et a ouvert la porte à une nouvelle source de loisir. Cette niche vidéo-ludique ne comportait alors que des joueurs passionnés et avides de défis. Aujourd’hui, devant le nombre de jeux désirant se tailler la part du lion dans l’univers du MMORPG, cette démocratisation a conduit à un nouveau comportement de la part des joueurs : le MMO fast-food. Comprenez par-là que la majorité des joueurs ne recherchent plus la difficulté et seulement la possibilité de s’équiper le mieux possible. Une mentalité que je déplore malheureusement, et mes grandes interrogations furent de savoir si Warlords of Draenor allait répondre aux attentes d’un ancien joueur comme moi.

Warlords of Draenor, un univers riche où les anciens se plairont

Je connecte mon personnage, j’arrive à la demande du sorcier Khadgar à la Porte des Ténèbres et commence l’aventure épique de Warlords of Draenor ! Sans spoiler le moins du monde, je peux vous assurer que la première zone de Warlords of Draenor permettra de rencontrer et retrouver des figures connues de l’univers. Je suis un joueur de l’univers de Warcraft de la première heure – et cela ne me rajeunit pas – et j’aime bien voir et devoir affronter des personnages que j’ai jadis contrôlé comme Main-noire ou encore Gul’dan.

Warlords of Draenor présenté également un Draenor entier, qui n’a pas subi la dislocation due aux énergies noires (les effets sont visibles depuis l’extension Burning Crusade). Chacune des contrées visitées présente sa propre personnalité, ses quêtes et ses évènements.

Qu’est-ce qu’apporte Warlords of Draenor ?

J’admets avoir trois extensions de retard par rapport à Warlords of Draenor et que certaines améliorations que j’ai découvertes étaient présentes depuis un moment. Le plus gros ajout de Warlords of Draenor est le fief : un fortin de votre faction (l’Alliance pour moi) dans lequel vous pouvez construire des bâtiments, récolter des ressources, etc. Chaque fief est une zone instanciée (dont le passage se fait de manière transparente, sans temps de chargement), c’est-à-dire que chaque joueur possède son fief et ses sujets.

Les sujets peuvent être envoyés en mission afin de récupérer des ressources de fiefs, des objets pour améliorer son équipement ou celui de ses sujets. Le joueur récupérera des sujets tout au long des quêtes de Warlords of Draenor, des défis ou encore en réalisant des hauts faits.

Autre changement que j’ai particulièrement apprécié : il n’est pas nécessaire d’avoir ses métiers au niveau maximum de la précédente extension. Dans Warlords of Draenor, on peut monter ses métiers à tous les niveaux… mais plus le métier sera élevé, plus les fabrications seront nombreuses.

Les quêtes sont scénarisées – bien que linéaires – et je me suis laissé bercer de quête en quête dans cette lutte contre la Horde de Fer. On ressent bien le caractère épique implanté dans Warlords of Draenor et la lutte difficile contre les orcs de Draenor. Comme toujours, un gros effort a été fait sur les scénarii. Difficile cependant de trouver les quêtes et les instances au premier abord : seule l’exploration de Warlords of Draenor donnera les tenants et les aboutissants.

Warlords of Draenor, quelques évolutions techniques minimes… mais efficaces.

J’ai testé Warlords of Draenor avec la configuration suivante :

  • Processeur graphique : GeForce GTX 580
  • Processeur : Intel®Core™ i7-2600k CPU @ 3.40GHz
  • Mémoire : 12.00 Go de RAM
  • Résolution actuelle : 2715 x 1527, 60 Hz

J’ai poussé Warlords of Draenor au maximum et je n’ai pas vu de ralentissement, hormis lorsqu’il y avait de gros affrontements (40 personnes et plus à l’écran) et encore c’était loin d’être injouable. Blizzard a peaufiné son moteur graphique en apportant tout au long de ses dix années des refontes graphiques etWarlords of Draenor est loin d’être vilain. Ils maîtrisent leur moteur graphique et s’il commence sérieusement à dater, il ne choque pas plus que cela. On pourrait regretter des graphismes que l’on peut trouver sur Guild War 2 par exemple.

La bande sonore est toujours aussi agréable à l’écoute et, si vous tendez l’oreille, vous reconnaitrez des sonorités qui éveilleront un sentiment de nostalgie chez les vieux joueurs comme moi.

Qu’est-ce qui pêche dans Warlords of Draenor ?

Je ne vais pas me faire des amis en disant cela, mais… principalement la communauté de joueurs. En dix ans, les joueurs ont fluctué. Je regrette profondément l’aspect MMO fast-food pour plaire au plus grand nombre qui est clairement présent dans Warlords of Draenor et dont l’apparition date de Wrath of the Lich King. La recherche d’instance en aléatoire (recherche de groupe sur l’ensemble des serveurs) fait que la coordination est difficile, voire impossible ! Les gens foncent dans le tas en ne s’occupant pas des stratégies et surtout ne parlent pas. Et lorsque l’instance est terminée, il y a un rapide « merci » et l’on enchaine avec une nouvelle recherche. Je me rappelle encore de la nécessité d’effectuer des contrôles d’unités et cela devient frustrant de voir autant d’anarchie. Heureusement, tous les joueurs ne sont pas comme cela et il existe plein de petites communautés fort sympathiques !

Je disais plus haut que l’aspect graphique était loin d’être vilain, mais, comparé aux standards actuels, il a un wagon de retard. Cela ne choquera cependant pas.

Pour finir, Warlords of Draenor répond parfaitement aux attentes des joueurs et Blizzard est a l’écoute de sa communauté – surtout que la concurrence est rude. Beaucoup de joueurs vont revenir pour l’exploration et la découverte de Warlords of Draenor « en attendant » la sortie d’un autre MMO. La facilité d’accès et l’absence de grosses difficultés nécessitant de la coordination rebuteront cependant les vétérans de WoW, qui ont connu le jeu à sa sortie.

ON AIME
  • Les quêtes et le fief
  • Explorer Draenor, un continent magnifique
  • Une bande sonore épique
ON AIME MOINS
  • La communauté « kikoolol »
  • La grande facilité du jeu
  • L’abonnement…
L'actualités gamings>

Laisser un commentaire

efficitur. risus dictum Lorem nec leo velit, quis at mi, justo