Tony Hawk’s Project 8

Tony Hawk’s Project 8

Que peut bien cacher un titre comme Project 8 ? La création de skates à huit roues ou la conception de huit clones de [i]Tony Hawk aux capacités huit fois supérieurs ? Et non, les choses sont plus simples que cela puisque les développeurs ont tout simplement attribué ce titre au huitième volet de la série. Après sept ans de figures acrobatiques et de gamelles improbables, les gars de Neversoft se sont bien décidés d’apporter un grand bol de fraîcheur à une licence qui avait tendance à tourner en rond. Mission accomplie ?[/i]

BELLE PLANCHE

Dés ses débuts, la série de Neversoft a été considérée comme la référence du jeu de skateboard et s’est même payé le luxe d’en faire un genre populaire et reconnu de tous. La recette se fonde tout simplement sur un gameplay aussi riche qu’accessible. Avec une touche pour chaque type de figure (grind, grab, flip et autres rotations), il suffit de quelques minutes de jeu pour trouver ses repères, que l’on soit un connaisseur de la discipline ou complètement étranger à ce sport. On n’oublie pas au passage d’offrir une maniabilité souple et tolérante afin de ne pas frustrer les débutants tout en permettant une bonne marge de progression grâce à des combos spectaculaires qui ne se laisseront apprivoiser qu’après des heures d’entraînement. Il n’en fallait pas plus pour s’attirer les faveurs du public, mais Neversoft s’est quelque peu reposé sur ses acquis pour nous resservir la sauce à chaque nouvel épisode.

LE NOUVEAU PROJET

Mais ne soyons pas injustes, les derniers volets ont tenté de renouveler le contenu avec leur mode solo scénarisé respectif, mais sans vraiment convaincre, malheureusement. C’est pourquoi, plutôt que de nous envoyer encore une fois dans une aventure sans queue ni tête, les responsables de TH Project 8 ont préféré nous lâcher en liberté dans une grande ville, avec un objectif à remplir. Tony Hawk, la référence du skate, se lance dans une grande opération, le fameux « Project 8 » : rechercher les huit meilleurs skaters du coin afin de les emmener en tournée. Alors, si vous voulez faire partie du voyage, il va falloir travailler dur. Pour vous aider à vous situer, un classement des 200 meilleurs sportifs de la région a été mis en place. Bien évidemment, vous commencerez tout en bas de l’échelle…

VOUS AVEZ DU PAIN SUR LA PLANCHE !

En partant de la 200e place, il y aura du boulot avant de faire partie des huit meilleurs. Et vous remontrez ce classement en réussissant un grand nombre d’épreuves réparties un peu partout en ville. Ville qui ne dévoilera que progressivement tous ses quartiers : il faudra à chaque fois valider un minimum d’épreuves avant de pouvoir ouvrir une nouvelle zone. C’est d’ailleurs l’occasion de rappeler le petit côté « destroy » des précédents épisodes : il vous faudra par exemple exploser le cadenas d’une porte que vous atteindrez en vous aidant d’un tremplin. Sans tomber dans l’excès, Project 8 propose toujours une touche de délire façon « rebelle attitude » assez sympathique. Quant au cœur du jeu, il est composé de plusieurs types d’épreuves plutôt variés.

ENTRE CIEL ET TERRE

Vous croiserez par exemple un cameraman ou une photographe qui immortaliseront vos exploits, à condition d’être à la hauteur en réalisant un minimum de points : le premier vous demandera d’enchaîner un certain nombre de figures en parcourant les rues d’un quartier, tandis que la seconde attendra de vous une figure particulière sur un spot donné. D’autres épreuves un peu plus farfelues vous attendent comme aider votre père à s’entraîner au golf en rattrapant des balles au vol ou effectuer des wall grind sur les affiches d’une école de danse. La variété des situations est bel et bien au rendez-vous, sans oublier les challenges qui vous demanderont d’effectuer les grinds les plus longs, les sauts les plus hauts. Et il faudra aussi compter sur d’autres professionnels du skate qui vous lanceront divers défis pour ne citer que ça. Car, il faut le dire, la ville est immense, les spots, toujours aussi bien élaborés, pullulent à chaque coin de rue, ce qui vous donnera la chance d’essayer les tricks les plus fous.

ATTERRISSAGE RÉUSSI ?

Seulement, quelques menus défauts viennent apporter de petites ombres au tableau. Premier détail qui pourrait gêner, le titre s’adresse surtout aux habitués : même le tutorial peut poser des difficultés aux débutants à cause d’un manque d’explication pour les figures de niveau avancé et certaines épreuves, trouvées tôt dans le jeu, sont déjà d’une difficulté presque intransigeante. Quant à la réalisation, le jeu est beau, ce qui est appréciable, surtout compte tenu de la taille du terrain de jeu. Mais de nombreux bugs de collisions gâchent un peu l’ensemble, tout comme l’animation de son personnage lorsqu’il se déplace à pied. Ce n’est toutefois rien de vraiment pénalisant : seuls les perfectionnistes les plus maniaques seront vraiment gênés par de petits chocs un peu bizarres.

CA ROULE POUR TONY

Terminons enfin par les autres modes de jeu, avec du classique, mais néanmoins toujours bienvenu, comme l’éditeur de skate parks ou un mode multi joueur principalement fondé sur des concours de tricks et de scores. Vous pourrez également vous mesurez à d’autres joueurs à travers le monde grâce au mode on-line : vous aurez accès à différents classements mondiaux, histoire de vous faire une idée de ce que vous valez vraiment.

NOTE GLOBALE

BON JEU

Le huitième titre estampillé Tony Hawk est digne de ses prédécesseurs, proposant une maniabilité précise, pointue, souple et agréable ainsi qu’un nombre d’épreuves pleinement satisfaisant. Pourtant, les sensations restent globalement assez proches de ce que l’on connaît depuis quelques années maintenant. Mais l’impression de liberté de ce nouveau volet est plus plaisante que le scénario complètement destroy des versions Underground.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *