Injustice – Les Dieux sont Parmi Nous ! Addiction immédiate garantie

Injustice – Les Dieux sont Parmi Nous ! Addiction immédiate garantie

Flash back : fin 2008, Midway décide d’exciter les geeks gamers de la planète entière en organisant le match du siècle entre les personnages de sa licence star, Mortal Kombat et les super héros/vilains issus de l’univers DC. Sur le papier, le programme semble alléchant et promet de longues heures de castagne entre figures emblématiques à l’aura quasi mythologique. Mais une fois le disque inséré dans sa console next gen, l’engouement laisse rapidement place à la déception. Graphismes approximatifs, gameplay répétitif, mode story au scénario ridicule, sans compter un horrible doublage français… cette tentative de crossover entre l’univers vidéo ludique et le 9éme art se révèle plus anecdotique que vraiment révoltant.

Un jeu pas comme les autres !

Et pourtant tous les ingrédients étaient réunis pour faire de ce choc des Titans un gros morceau de baston. Peine perdue ! Il faudra attendre trois ans pour que la claque ait enfin lieu grâce à un nouveau Mortal Kombat brillamment réactualisé par le développeur NetherRealm Studios. En se réappropriant totalement la fructueuse licence de Midway, le studio lui offre un dépoussiérage bienvenu via le moteur graphique Unreal et prend le pari de réconcilier newbies et afficionados. Mortal Kombat est mort… vive Mortal Kombat ! Devenue la nouvelle référence du genre, le rejeton de NetherRealm ne pouvait rester seul bien longtemps sur le trône du jeu de baston qui fait mal. C’est alors qu’arriva en provenance de la planète DC une étoile filante prête à tout exploser sur son passage. Est ce un avion ? Une fusée ? Non c’est Injustice et son cortège de super héros. Get ready… Fight !

C’est donc le cœur empli de joie que nous sommes allés tester une version bêta du jeu dans les locaux de Warner Bros, éditeur du jeu via sa filiale WB Games. Si de par son concept Injustice peut laisser craindre un simple recyclage de Mortal Kombat à la sauce DC,  Hector Sanchez, producteur du jeu venu à Paris spécialement pour l’occasion, s’est fait fort de nous rassurer en détaillant, images à l’appui, quelques unes des surprises jalonnant son bébé. Dans sa version bêta, Injustice ne contient que trois modes de jeu (Versus, Battle et S.T.A.R. Labs) suffisamment dense pour créer d’emblée un effet addictif. Ainsi, le mode versus est surtout l’occasion de se familiariser avec les spécificités de chaque personnage. « Chaque personnage a sa propre manière d’évoluer et d’utiliser l’espace. Par exemple,  Superman utilisera tous ses supers pouvoirs comme sa capacité de voler ou d’envoyer des rayons avec ses yeux tandis qu’un personnage comme Batman aura davantage tendance à utiliser ce qui l’entoure. » commente Sanchez qui, pour illustrer son propos nous gratifie d’un court combat entre les deux héros. L’occasion pour le monsieur de nous donner un petit aperçu de ce dont son bébé est capable via quelques enchainements bien sentis et autres nouveautés réjouissantes. Parmi celles ci, notons la possibilité d’envoyer son adversaire dans un tout autre décor (un peu à la manière des Dead or Alive) via une subtile combinaison de boutons ou encore de se servir des éléments du décor pour asséner à son adversaire quelques coups vicieux.

A l’image de Mortal Kombat qui se distinguait par des attaques X-ray particulièrement violentes, chaque personnage dispose de sa propre jauge de rage qui, une fois enclenchée, permet de déclencher des super combos, s’apparentant à de véritables cinématiques durant lequel le malheureux opposant en prend littéralement plein la tronche ! Chaque protagoniste disposant de son propre coup spécial (Flash frappe plus vite que l’éclair, Superman propulse son adversaire hors de la stratosphère avant de le renvoyer via un coup de poing bien senti Batman commande sa batmobile à distance pour un tour mortel etc…), autant dire que les festivités sont placées sous le signe de l’originalité. Pour continuer sur la lancée des combats purs et durs notons la présence d’un mode Battle qui, à l’image de ce qu’offrait déjà Mortal Kombat, propose de se mesurer à différents autres personnages via un système d’évolution graduel. A la différence près qu’ici les possibilités sont quasi infinies (héros contre méchants, femmes contre hommes, héros contre héros etc.). Mais là où Injustice pourrait bien se démarquer de son grand frère c’est grâce au mode Star Labs (référence directe au laboratoire ayant été le théâtre de moult aventures DC Comics) qui propose une pelletée de mini jeux tous plus rigolos les uns que les autres et répondant à une vraie scénarisation. De quoi rallonger considérablement la durée de vie du jeu d’autant que quelques DLC devraient rapidement faire leur apparition. En quelques minutes seulement, Sanchez nous fait rêver mais se montre bien mystérieux sur le mode story. Tout juste veut il bien nous dire que la trame ne servira pas juste de prétexte à montrer les poulains de l’écurie DC se foutre sur la tronche. Il faudra malheureusement attendre le 18 avril pour comprendre le pourquoi du comment de ce qui s’annonce déjà comme un beau bordel dans le monde des supers héros.

Passée cette réjouissante introduction,

Il est temps de passer à la pratique en se faisant la main sur les modes Versus et Battle. Soit l’occasion idéale de voir ce qu’Injustice a dans le ventre. Il est donc l’heure de réviser vos cours de Mortal Kombat car vous en aurez bien besoin… du moins pour les bases puisque chaque personnage dispose de son propre éventail de pouvoirs, les possibilités de combos mortels s’en voient démultipliées par rapport à son illustre ainé. Le principe reste le même mais l’application se montre bien plus diversifiée et agressive. De fait, le plaisir procuré sera différent d’un combat à l’autre et le joueur se rendra bien vite compte des forces et faiblesses spécifiques à chaque protagoniste. Par exemple, les amateurs de vitesse seront plus enclins à opter pour Flash ou le virevoltant Nightwing tandis que ceux adeptes de la force brutes verront leur cœur davantage pencher vers Salomon Grundy ou Superman. Addiction immédiate garantie ! Et si la prise en main peut déconcerter de prime abord elle se révélera rapidement très intuitive pour quiconque aura déjà tâté du jeu de combat et identifié les quelques boutons stratégiques.

Mais c’est aussi l’occasion de se rendre compte de la puissance du moteur Unreal Engine 3 poussé ici dans ses derniers retranchements. Car non content de procurer un sacré plaisir par l’entremise de combats aussi fluides qu’originaux, Injustice se révèle aussi sacrément beau et offre des graphismes sublimes. Et si un seul terme devait définir Injustice ce serait vélocité tant les combats procurent une incroyable sensation de vitesse tout en restant lisibles. Complétement accro, il nous aura fallu de nombreux combats pour avoir une idée assez globale de ce que Injustice nous réserve. Si une dizaine de personnage seulement étaient jouables (méchants et gentils compris) on nous en promet beaucoup plus déblocables au fur et à mesure. Ayant parfaitement digéré les leçons de ses ainés Street Fighter et Mortal Kombat (version 2011) autant en termes de gameplay que de personnification des personnages, Injustice pousse le jeu de combat a un échelon supérieur et fait office pour ce genre bien spécifique de parfaite mise en bouche avant l’arrivée des consoles de quatrième génération. Combler à la fois les geeks et les gamers, voilà le pari tenu haut la main par les petits gars de NetherRealm Studios. Vivement le 18 avril !

Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous disponible sur XBOX 360, Wii U et PS3 le 18 Avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *