Fabriquer de la bière

Fabriquer de la bière

Les ingrédients pour brasser de la bière sont majoritairement l’eau, le malt, le houblon et le ferment. Cependant, il reste envisageable de fabriquer une bière avec d’autres ingrédients comme le thé, le café, le miel mais aussi des fruits ou des épices. Le houblon va jouer le rôle de stérilisant dans la bière, il va aussi lui donner de l’odeur et de l’arôme. Le malt va jouer le rôle de structure d’une boisson maltée, il va apporter sa sucrosité et son côté céréalier. L’eau va aussi influencer la façon dont les autres ingrédients vont réagir et interagir entre eux. La levure va permettre de réaliser l’alcool en ingérant les sucres. Mais elle va aussi donner du goût au mélange, des arômes fruités et épicés.

1.    L’infusion avant de jouer

L’empatage peut se réaliser avec un seul palier comme dans la vraie coutume anglaise, c’est-à-dire en humidifiant les graines dans de l’eau chaude à 68°C selon la rondeur que l’on souhaite acquérir pour sa bière.

2.    Filtration

A l’aide d’une passoire ou d’un petit sac de filtration, le fabricant ne prend que la partie solide à la fin de l’étape précédente. Le jus sucré devrait être fort doux, c’est ce qui aidera à rendre alcoolique ce bouillon de graines pour qu’il soit au final un breuvage houblonnée.

3.    Cuire

L’ébullition est une étape essentielle de la conception de bière. Sans cette étape, la bière n’est qu’une mixture très sucrée car c’est à cette phase là que l’on ajoute le houblon, la vedette de la bière. C’est ce fameux houblon qui va conférer de l’amertume au mélange. Cette tonicité va permettre de suppléer l’origine sucrée du jus de graines.

4.    Refroidir le moût

Afin de mettre les levures dans le jus sucré de graines cuites, il faut respecter une température précise de pitch. Effectivement, en ajoutant les levures dans un jus sucré pas assez tiède, celles-ci risquent d’être exterminées et la fermentation de la boisson maltée ne s’amorcera jamais.

5.    L’inoculation

Pour inoculer la bière, il est nécessaire de faire attention à différents critères. Le premier est évidemment la température de pitch des ferments qui se doit d’être au plus près des conseils donnés par le fabricant sur le sachet de levure. De même, il faut faire attention au nombre de levures inoculées.

6.    La fermentation

Pendant la fermentation, il est essentiel de bien examiner l’avancement. Le fabricant vérifie de manière journalière si les graduations de gravité chutent comme anticipé afin de contrôler que la fermentation se déroule dans les dispositions prévues.

7.    La préparation

A la fin de la fermentation, la bière n’est pas saturée en co². Soit la bière est déjà devenue pétillante dans son seau de fermentation et est ensuite conditionnée sous pression, soit il est nécessaire de re-sucrer la bière avant de la conditionner pour que les levures soit réanimées et génèrent de la pétillance au sein du contenant terminal. Dans ce but, il faut que les contenants (les bouteilles par exemple) soient conservés quelques jours à température ambiante.

8.    La dégustation

Et voilà ! C’est le moment de gouter sa bière. Une fois le plaisir de la 1ère appréciation passée, prenez le temps d’analyser votre bébé. Dispose-t-elle d’arômes incohérents ? La trouves-tu douce comme anticipé ? La trouves-tu assez saturée en co². On vous conseille d’analyser votre bière pour s’améliorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *