Aux amis esportifs et aux autres joueurs de jeux

Aux amis esportifs et aux autres joueurs de jeux

J’ai du mal à me souvenir du jour où j’ai découvert le sport électronique, cela remonte vaguement à une dizaine d’années. Nourri comme beaucoup à l’époque aux fragmovies CS, j’ai tout de suite accroché, envers cette passion que nous n’osions pas réellement avouer aux autres à l’époque. Contrairement à aujourd’hui, où le JV est (quasiment) rentré dans les mœurs, et où être un geek est devenu quelque chose de tendance, l’esport était avant le petit loisir coupable et presque honteux de quelques milliers de personnes dans le monde tout au plus.

Esport en général

Ce qui est bien dans l’esport, c’est que c’est un milieu dans lequel on peut évoluer rapidement, il suffit de connaitre les bonnes personnes. Et même quand on part de zéro, il suffit de se faire remarquer. De joueur à rédacteur, de rédacteur à blogueur, il n’y a qu’un pas. Voir le regard des personnes et des structures évoluer à mon sujet a été l’une des choses les plus excitantes ces dernières années. Voir des gens me féliciter pour ma liberté de ton, après la rédaction d’un article critiquant un concurrent, puis m’expliquer que je suis une putaclik (esport community ®) lorsque des critiques leur sont adressées…

Ces derniers mois, c’est à chaque fois non sans surprise que j’ai été contacté par divers profils (étudiants, journalistes, élus) qui souhaitaient être aidés, ou simplement informés. C’est toujours avec grand plaisir que j’ai tenté d’aider ces gens du mieux que j’ai pu. Le problème, c’était de devoir récupérer ces mails dans flot léger mais incessant de mails d’insultes. Critiquer, même pour des raisons légitimes, des gens aux fanbases importantes, ce n’est jamais sans risque. Le petit noyau de lecteurs réguliers d’IEWT le sait, on m’a même, suite à un article, menacé physiquement. Alors non, je ne suis pas un nouveau venu sur le net, donc j’ai préféré en rire, mais avec le recul… Je ne dépense pas mon temps et un peu de mon argent pour ça.

Aujourd’hui, l’esport me dégoûte presque autant qu’il m’a fasciné pendant toutes ces années. Même si les événements comme les IEM Katowice sont extraordinaires, à des années lumières des momolans en gymnase que nous avons connu dans le passé, l’esport, c’est aussi et surtout au quotidien des structures qui passent leurs journées à streamer du Goat Simulator et du LoL, des filles à gros seins (et en gros plan) en mini-débardeurs s’exhiber sur des streams sans intérêt, faisant x fois plus de vues que des streams travaillés (génération Endemol), et des gens qui cherchent à faire de l’argent là où il n’y en a pas, trouvant donc toujours des combines ric-rac en termes de légalité. Je ne reconnais plus, dans cet esport d’aujourd’hui, les choses qui m’ont jadis attiré.

Après cette dizaine d’années à lire chaque jour l’actu sur les ESFR, aAa ou CS fusion et autres (certains ont d’ailleurs malheureusement disparu), et après quelques semaines de réflexion, je pense que le temps est venu. Ayant été le premier à railler ces joueurs qui annoncent leur retraite pour revenir de plus belle un mois plus tard, je n’utiliserai pas ce mot, et me contenterai de dire à travers ces lignes que le temps est venu pour moi de prendre une pause, d’une durée indéterminée, et de passer à autre chose.

Quid d’IEWT ? Le blog ne fermera pas, soyez-en certains, et tous ceux qui souhaitent y publier des articles pourront toujours continuer à me contacter pour ça. Un peu moins d’un an après son lancement, IEWT est une semi-réussite, ou un semi-échec, selon que l’on regarde la moitié pleine ou vide du verre. Réussite dans la mesure ou en quelques mois, IEWT a su capter l’attention de ceux qui en étaient la cible, et était lu par une bonne partie des gens influents de l’esport Fr, ainsi que par nombre de rédacteurs ou encore de bénévoles du milieu. Réussite dans la mesure où un simple blog sans prétention a parfois été le petit caillou dans la chaussure de ces gens qui ne trouvent une légitimité dans le milieu que par un déballage de chiffres et de statistiques.

Il reste, dans les cartons d’IEWT, quelques longs articles en préparation. Seront-ils publiés ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Voir un article comme celui de la fermeture de la ZTV lu près de 14000 fois, quand des articles tellement plus intéressants et travaillés font dix fois moins de vues est toujours un crève-cœur, alors inutile de perdre davantage de temps.

Aux amis esportifs, mes respects, chapeau bas, et à bientôt sur les internets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *